Les commentaires de ce blog sont pour le moment fermés pour des raisons strictement techniques.

Ce n'est pas grave ; en attendant qu'ils soient accessibles de nouveau, vous pouvez cesser de vouloir réagir à tout prix à ce que vous voyez, et continuer à vous renseigner sur le sujet qui vous a interpelé.

Vous aurez d'autant plus d'arguments à me fournir le jour où les commentaires de mes visiteurs pourront derechef être publiés.

mardi 30 août 2016

'Tsuki prend le moulin en B2 : échec à la Dame

- (grésillement radio, voix nasillarde) Red Team Leader à Tour de contrôle, Red Team Leader à Tour de contrôle...
- Ici Tour de contrôle, Red Team Leader... speak up.
- (voix nasillarde, écho larsen) J'ai un visuel sur la cible, Tour de contrôle... (photos du pod GBU modifié pour retransmettre les prises de vue en direct :)

25 kilos la semaine dernière, alors que le fournil L'Abbatiale bénéficiait encore du report de clientèle lié aux vacances du Moulin des bois...


Et aujourd'hui, PAF !!! Explosion de la commande hebdomadaire, comme par hasard, alors que l'Abbatiale devrait enregistrer une perte de clientèle liée à la réouverture du Moulin des bois...

On dirait que mes billets ont une pitite influence finalement sur les gens qui en ont gros sur la conscience, mais une toute pitite, quoi, comme ma bite mouhahahahahaha !

Et livraison à une heure décente, enfin... ^^

-  (voix nasillarde, gresillements) ...Crrrrrr... besoin d'une vérification expert-comptable... Crrrrpfffff... il me faut un état des stocks avant le 23 août 2016 à comparer avec un état des stocks le 30 août 2016, s'il vous plaît... à la source ; je répète, à la source et non à la cible. Données pour le dossier Fisc : manipulation de stock et des quantités réellement livrées pour gonfler artificiellement le CA de l'abbatiale sur la seconde année d'exercice... A vous Tour de de contrôle...
- C'est noté Read Team Leader, je mets la team CHESTSHIRE CAT sur l'affaire dès aujourd'hui... Opération Port - Nique - la - Soufflette en stand-by, pour le moment... Bon retour base, mon lieutenant-colonel.
- ....Crrrrrr... Merci !

mardi 23 août 2016

Baguepi, le grrrrrrand complot sur St Gildas des Bois d'un petit lobbying capitaliste comme je les déteste

Vers 6h11 du matin ce matin, mon cerveau choque ma boite crânienne et je me réveille en état d'alerte maximale. Je suis pourtant épuisée quand je me réveille : j'ai les yeux qui me piquent, je manque d'équilibre au lever manquant de me vautrer au pied de mon lit, tous les gestes que je fais me sont d'une extrême pénibilité, j'ai mal au dos comme si l'on m'avait roué de coups toute la nuit...

Mais impossible de me rendormir : quelque chose m'a mise en état d'alerte et mon cerveau refuse de faire rideau.

Maugréant de méchante humeur, je me résigne alors à ouvrir mes volets pour démarrer ma journée alors que tout mon corps hurle à mon cerveau qu'il veut dormir et que mon cerveau lui répond :"va' fa Napoli
je reste éveillé !", et je vois...


Eh ouais.

Mon délicieux voisin, boulanger de son état, a décidé de se faire livrer sa farine à 6h00 du mat'. C'est le doux son du haillon grinçant se répercutant sur le mur de la Communauté des Sœurs de St Gildas des bois qui m'a mis en état d'alerte : mon cerveau reptilien a cru que la porte de mon jardin était forcé par la bande qui a sévi hier soir rue du pont (ils ont cassé la porte du Roll and Vaps, et cogné sur toutes les voitures garées sur le trottoir, Isabelle Charrier et son (provisoire) gendre slash bodyguard - And Aïïïïïïï-ha-aïïïï will always luuuv youuuuu-houhouhouhouuuuuuuuouhahahaaaaa - les a vu comme moi, et s'est empressée de rentrer sa Fiat à l'abri sous l’œil attentif du fringuant jeune mâle osant à peine relever les yeux vers la folle dangereuse qui les observait en rigolant faire, ouais, parce que la terreur c'est trop fun comme ça saccade les gestes, hein Isa ^^) et il m'a réveillé pour que je vérifie l'état de mes maigres possessions... (Ouais d'ailleurs, j'aimerai bien que la Mairie fasse réparer cette foutue porte. Ça m'aiderait sûrement à dormir sur mes deux oreilles, que je ne sois pas obligée d'entasser des pots de fleur et des poubelles contre le battant pour m'assurer que personne n'entre nuitamment dans mon jardin de simples pour le saccager ou pisser sur mon figuier, car  mon cerveau me met en état d'alerte au moindre bruit suspect dans la rue et j'ai vraiment des nuits beaucoup trop courtes pour ma condition médicale, soit dit en passant, mais juste en passant, comme ça, quoi).

Et de me mettre à tempêter : "putain, quand même quoi mayrde... On est en rase campagne, à St Gildas des bois, pas en pleine ville... Les problèmes de circulation ou de parking ne justifient pas de faire du bruit en pleine plage horaire de tapage nocturne (et oui, avant 7h00 du matin, c'est du tapage nocturne, les petites chouettes, le code civil est très clair à ce sujet) sur notre village... Il ne peut pas se faire livrer à une heure décente, ce débile, et me laisser dormir, quoi mayrde putain de bordel à cul de Satan de mes deux cojones ovariens ?! Sans déconner !!! Tout ça en plus pour se faire livrer trois sacs... Sans rire,  il a tellement détruit son chiffre d'affaire avec son harpie de femme qui prend sa clientèle à partie dans des disputes qui ne regardent qu'elle, ses horaires à la con et son pain pourri qu'il ne peut plus guère tirer que l'équivalent d'un RSA en chiffre d'affaire mensuel de sa boulangerie de merde... Il ME fait chier à six heures du mat' pour 25 kilos de farine, l'animal... 25 kilos de farine, 25 !!! C'teuh blague !!!"

La preuve en images... Il réveille toute la rue et  fait chier tout le village pour passer des commandes s'élevant péniblement à 25 kilos de farine, cet empaffé (c'est considéré comme une insulte "empaffé" ? J'ai le droit de le qualifier d'empaffé sur mon blog ou devrais-je  450 euros de plus à l'Etat,  là ?!)...


Ouais, j'avais dû mal à décolérer, ce matin, c'est clair. Mon sommeil est la chose la plus précieuse de mon existence, ma vie et ma raison en dépendent vitalement alors forcément... Quand on m'en prive, chuis pas jouasse, derrière.

Et puis tout à coup, ça m'a frappé.

25 kilos de farine.

No kiddin'.


Vous ne voyez pas le problème, quand je vous parle d'une livraison de 25 pauvre kilos de farine pour un mois de boulange ?

Ah, c'est parce que vous n'y connaissez pas grand chose en boulangerie, mes petites chouettes...

Et moi non plus, je vous avouerai.

Jusque là, la boulangerie ça ne m'intéressait guère que pour me faire des sandwiches.

Mais grâce à la présence des Charrier sur mon territoire, je suis cependant obligée de me renseigner, histoire de les attaquer sur ce qu'on peut leur reprocher réellement, et pas ce que mes biais intellectuels me dictent. Du coup la boulangerie, je commence à maîtriser (merci d'ailleurs à la fédération des artisans boulanger du 44, à la chambre des métiers de Loire-Atlantique et au charmant monsieur que j'ai eu à l'UPA pour toutes les réponses qu'ils ont eu la bonté et patience de me donner : j'ai conscience d'être particulièrement chiante à satisfaire, avec ma manie de couper la parole aux gens pour poser d'autres questions avant qu'ils aient fini de me répondre ^^)...

Et ce matin en ramassant dans la rue le BL abandonné par le livreur, ça m'a frappé d'un bon petit coup sec derrière la nuque, le wake-up call qui me fallait pour réfléchir au problème que posent les Charrier depuis leur arrivée.

Pourquoi une enseigne de minoterie nationale (Soufflet) articulée autour d'une marque nationale comme baguepi a-t-elle mis deux incompétents notoires (si si, c'est notoire, qu'ils incompétents puisqu'on peut retrouver tout leur brillant CV de gérance en boulangerie sur internet juste en tapant leur nom dans n'importe quel moteur de recherche) qui se sont jusqu'à présent révélés surtout doués  pour fermer TOUS les établissements à la tête desquels ils se sont installés, pourquoi, disais-je le groupe Soufflet a mis en gérance une boulangerie qui du temps du précédent propriétaire du fonds de commerce, Michel Terrien un des plus honnêtes artisans que je connaisse sur mon terroir avec les Guitton (qui font un pain d'épice à tomber par terre, d'ailleurs, un petit coup de pub au passage ça peut pas faire de mal), avait un chiffre d'affaire honnête et une clientèle fidélisée malgré les pertes liées à la concurrence ?

Parce que vous savez (ou vous ne savez pas et c'est pour vous une occasion d'apprendre quelque chose de nouveau sur ce sujet aujourd'hui ; c'est toujours utile de mourir moins bête le soir suivant l'intégration d'un peu plus de savoir... On ne sait jamais ce dont on aura besoin pour négocier pied-à-faux avec la Faucheuse... ^^) que les enseignes du type de Baguepi sont des pousse-au-cul en matière de chiffre : eux ce qu'ils veulent c'est vendre le plus de tonnage de farine possible...

Pourquoi se tourner vers deux incompétents :
  • pour qui fermer le samedi semble être une condition de travail incompressible, si incompatible soit-elle avec leur métier, 
  • qui ne fabriquent pas assez de volume pour le peu de clientèle qui leur reste, ce qui les oblige régulièrement à fermer leur commerce avec le panneau "plus de pain !" sur leur porte en fin d'après-midi, 
  • qui ont supprimé plus des trois-quart des références vendues 4 rue Gabriel Deshayes du temps de Monsieur Terrien, 
  • qui se fritent régulièrement avec leur voisinage parce que provoquer des folles dangereuse pour la population mais surtout pour les enfants  ça mange pas... de pain mouhahahahaha, 
  • qui ignorent les règles les plus élémentaires de la courtoisie du métier pour raconter pis que pendre sur leur concurrent direct, le Moulin des bois, genre par exemple que tous les jours de tournée de boulange devraient toutes leur attribuées parce que tout monde se plaint du pain trop cuit des Guitton, mais ce n'est qu'un exemple : Isa déblatère toute la sainte journée sur leur compte, en bonne chamelle mal éduquée,
  • qui ont fait un odieux chantage juridique au vice caché pour obliger monsieur Terrien à payer leurs factures d'entretien d'outils, 
  • qui ont perdu tellement de chiffre qu'ils ne peuvent plus employer la fille Gaïdano qu'une demi-journée par semaine alors que la boutique autrefois (et quand je dis autrefois, je parle de 2015, hein... Ça remonte pas à l'an quarante ; les Charrier ont acheté en juin de l'année dernière, rappelons-le) sortait les salaires de plusieurs employés en plus de celui des gérants...
... pour tenir une boulangerie qui ne leur rapporte que 25 kilos de farine de commande de temps en temps ?!!!!!

Je veux dire... C'est clair que les Charrier sont sciemment en train de détruire à pieds joints le fond de commerce bâti et amoureusement entretenu par Michel Terrien et sa femme sur treize longues et heureuses années...

Nan, personne n'est incompétent à CE point, c'est juste pas possible : il paraît que l'humain est doté d'un cerveau qui le rend plus intelligent que tous les autres animaux... Isa et Bertrand ont un cerveau (pour deux, sans doute, mais un cerveau tout de même) ipso de facto il ont forcément appris de leurs erreurs passées... Ils font donc EXPRES d'être mauvais gérants.

Et ce matin, je me suis rendue compte qu'il y avait anguille sous roche parce que ils le font avec la complicité des moulins Soufflet. 

Voire leur bénédiction. 

Car moi,  renifleuse atavique de complots en tous genres, une livraison mensuelle plafonnant péniblement à 25 kilos de farine, ça m'a fait trébucher le cerveau direct. Même fatigué comme il l'était, ce pauvre cerveau tout ramollo d'avoir été réveillé en plein cycle de sommeil profond...

Et cela me l'a fait d'autant plus trébucher que par hasard (c'est un malin, celui-là, mes petites chouettes : vous croyez avoir du libre-arbitre, mais en réalité, c'est le hasard qui guide chacune de vos décisions, plus sûrement même que vos biais intellectuels hérités du milieu dont vous dépendez et qui font que du libre-arbitre, vous n'en avez pas du tout de toutes façons) hier j'ai rencontré Madame Terrien au point-relais vêtements du super U...

Nous avons eu le temps d'échanger quelques mots des plus intéressants. C'est ainsi que j'ai appris que les Terrien ont une épée de Damoclès au-dessus de leur tête : les Charrier peuvent renvoyer le commerce que les Terriens croyaient avoir cédé à des gens honnêtes dans la gueule des anciens propriétaires du fonds qu'ils ont pourtant acheté pendant trois ans après la cession du fonds de commerce, puisqu'ils sont en location-gérance... Les Terrien seraient tenus de reprendre le bail, si les deux malhonnêtes à qui ils ont vendu déposaient le bilan avant les trois de bail sur lesquels ils se sont pourtant engagés... (cherchez trois-six-neuf sur un moteur de recherche, si vous voulez comprendre pourquoi)

Ce qui signifie qu'après avoir méticuleusement détruit ce qu'ils ont acheté, les Charrier peuvent rendre le cadavre tout mâchouillé de la boutique qu'ils auront totalement dépouillée de tout ce qui faisait sa valeur fiduciaire aux Terrien et les laisser se démerder avec toutes les conséquences financières de leur vilain jeu de dupe pendant deux longues années...

Admirez la perfection de leur plan d'attaque, à ces deux pangolins... Nan, c'est insultant pour les pangolins, d'assimiler les Charrier à  ces deux enflures... ah merde "enflure" c'est une insulte, ou c'est un état ?! Chais plus moi, je m'y perds avec toutes ces subtilités de registre de langue auquel les charrier me contraignent à force de guetter mes moindres faux-pas pour alimenter leur bible d'insultes à choisir pour avoir de quoi déposer plainte en Gendarmerie... ^__________^

Bref, les Charrier arrivent, détruisent le second fond de commerce de boulangerie de St Gildas des bois pour le faire fermer en moins de trois ans (juste avant la régularisation de l'URSSAF, COMME PAR HASARD HA!) et repartent sans que ça leur ait coûté ne serait-ce qu'un centime de perte... Ce sont les Terrien qui vont trinquer, quoiqu'il arrive...

Mais où est donc l'intérêt de supprimer la seconde boulangerie de St Gildas des bois ?

Car enfin, qui bénéficierait de la suppression de ce fond de commerce, à part l'autre boulangerie, le moulin des bois, possédé par la famille gildasienne bien implantée des Guitton, ou le rayon pain frais du super U, les deux seuls autres points de vente locaux, qui absorberont la clientèle du "fournil  l'abbatiale" actuellement (et volontairement temporairement, insisterai-je lourdement) tenue par les Charrier ?

Et c'est là qu'il vous manque le second morceau d'information que je dispose et qui m'a été confié par un conseiller municipale : les Charrier louchent sur le fond de commerce des Guitton depuis au moins leur arrivée.

A peine ont-il entendu une rumeur l'année dernière comme quoi le couple Guitton envisageait la séparation qu'ils pointaient leurs vilains petits museaux enfarinés à la Mairie pour se proposer de racheter leur fond de commerce, c'est-à-dire le meilleur emplacement de commerce de St Gildas des bois :

Là on la voit bien, l'Abbatiale...  HEIN ISA !!!! ^^

Il faut savoir qu'en plus de cet emplacement de rêve, les Guitton ont également ouvert un second commerce à Drefféac à côté du Proxi : ça fait du volume, en vente...

Rien à voir avec ce que les Charrier ont implacablement détruit à peine plus d'un an de reprise, 4 rue Gabriel Deshayes...

Et qui achèterait ?

Les Charrier, vraiment, eux qui sont, de leur propre aveu, obligés de taper des thunes à leurs potes à chaque fois qu'ils reprennent un nouveau commerce ?

Vous croyez sincèrement qu'avec la quantité de boulangeries qu'ils ont fait fermer au cours de ces dernières années, même qu'il paraît qu'ils ont tellement pas de pognon qu'ils étaient  obligés de vivre en HLM juste avant leur brillante reprise du fournil du roi rené, les pauvres, ils ont réussi à amasser suffisamment de blé pour investir dans un fond de commerce de cette taille et de cette valeur fiduciaire ?!

Eh non, c'est pas les Charrier, qui se sont mis en tête de mettre leur petites pattes crochues de cupides sur le commerce le plus florissant de st Gildas des bois...

Qui, alors ?

Qui a tenté vainement de séduire les Terrien depuis le passage du Tour de France cycliste à st Gildas des bois ?

Qui a  fourni l'argent aux Charrier pour l'achat de la toute petite enseigne du 4 rue Gabriel Deshayes qui ne les a jamais intéressé autrement que pour mettre un pied sur notre commune ?



Qui a fait faire de grands travaux dans le laboratoire du fournil de l'abbatiale (rhâ ce nom... Appeler comme ça une boulangerie qui n'a même pas une vue sur le fameux clocher de notre église, c'est quand même révélateur de leur plan, quoi mayrde ! ^^) pour endormir la méfiance de tout le monde, mairie y compris ?


Qui ?... Qui a un agenda secret en tête ???


Nan, pas les Charrier, ceux-là ne sont que des pions cupides qui espèrent profiter de la situation, aux dépends et des Terrien et des Guitton, pauvres dindons d'une farce sinistre orchestrée par un minotier sans scrupule...

Non, regardez mieux :

Reflet de pourriture dorée comme le pognon dans lequel ils se vautrent...

Ça y est, ça commence à percuter dans votre cerveau aussi ?

BEN IL ÉTAIT TEMPS !!!!!!!!!!!! ^^

Vous avez bien fait de me réveiller ce matin de bonne heure, les Charrier, maintenant je vois exactement ce que vous êtes, pour qui vous travailler, qui est votre victime (les Terrien), et quel est votre but (les Guitton)...

Et j'espère, monsieur le Procureur de la République (ou madame, hein, chuis pas sexiste) et monsieur le Maire que vous voyez exactement la même chose que moi, à présent.

Faites moi payer toutes les amendes que vous jugerez utile, après tout... C'est tellement vrai que je suis :


Le danger que je représente en regard d'êtres sans scrupules comme les Charrier et leur complice minotier qui sont en train de dépouiller deux honnêtes familles sans que personne ne lève le petit doigt pour les en empêcher est tellement flagrant...


C'est moi le problème, c'est moi la grande menace pour la société, c'est sûr... ^^ 

Enfermez-moi, enfermez-moi, avant que je ne détruise tous les commerces de St Gildas des bois à moi toute seule, mouhahahahaha !!!

Té, comme elle est belle, notre société axée sur le pognon, décidément...

"Mais pourquoi diable vois-tu des complots partout, 'Tsuki ?!"

Parce que j'ai le même cerveau que toi, nez-de-bœuf :


Moins je dors (et rappelons que : "La réduction du sommeil est souvent un des premiers signes d’un épisode maniaque"), plus mon cerveau est en état d'alerte et plus il construit de complots...

Laissez-moi dormir et vous verrez que ça ira tout de suite mieux,  sans avoir besoin de recourir à une quelconque médication qui détruirait l'originalité de mon intelligence...

vendredi 19 août 2016

"Vu la tronche et le physique que t'as, ça doit pas t'arriver souvent !"

... Me criait une péronnelle de ma connaissance du haut de la cinquième marche de son escabeau, alors qu'elle passait la tête par dessus le mur mitoyen entre nos deux jardins, un magnétophone en main bien planqué derrière son dos afin d'enregistrer ma réponse qu'elle espérait pleines d'insultes croustillantes et de menaces affriolantes susceptibles de justifier son énième dépôt de plainte à mon sujet en Gendarmerie...

Et ma réponse :

C'est tout à fait exact,  harpie

Effectivement, vu mon physique de grosse petite moche, et mon caractère de virago, bien peu d'hommes sont tentés par la bagatelle avec moi. Je suis une femme "double sac" : je suis tellement moche, que pour me baiser, l'on doit non seulement me mettre la tête sous un sac, mais en plus celui qui s'y essaye doit en porter un, au cas où celui que je porte tomberait par accident : l'aspect de mon visage leur couperait la chique, à ces pauvres âmes assez charitables pour baiser un éléphant de mer comme moi.

C'est d'ailleurs la raison pour laquelle je me suis fartée années durant les pires spécimens en matière de virilité : comme il faut avoir vraiment faim pour me baiser, eh bien n'ont jamais été tenté par l'aventure que des mecs à mon niveau : moches et méchants. Je représentais une proie facile pour ces débusqueurs de trou à combler, parce que j'étais vraiment désespérée d'être aimée. J'aurais ai dit oui à des serial violeurs, tellement j'avais faim d'être aimée. Et ces pourritures ne s'en sont pas privés, de festoyer sur ma grosse mocheté de corps difforme, faisant de moi une éternelle frigide qui subissait en son con leur assaut répété en se disant que quelques grammes de tendresse valait bien le sacrifice de mon orgasme...

Et puis l'homme dont je partageais la vie d'alors, un éjaculateur précoce avec une tendance au sadisme bien enfouie tout au fond de lui, s'est acheté un godemichet pour avoir l'illusion de me baiser, et ce fut une révélation. Le gode, je me le suis appropriée direct, ne lui laissant pas le temps de concrétiser son fantasme, et j'ai enfin pris en main ma sexualité, découvrant avec délice que je n'avais jamais été frigide, mais juste mal baisée, par tous ces hommes qui prétendaient que le forçage de mon con par leur queue aurait dû suffire à mon plaisir.

J'avais découvert que la sexualité féminine n'a pas besoin du corps attaché à la queue pour s'épanouir, bien au contraire. Moins on a envie de l'autre, plus l'autre pose un obstacle à l'obtention de l'orgasme. Or avec mon physique, je n'ai jamais pu prétendre à l'homme de mes rêves, ce grand brun à la silhouette virile dont le physique me faisait saliver des deux bouches à l'envie...

Nan... Moi il m'a fallu accepter des petits mectons ridicules et moches, parce que les grands beaux étaient tous occupés à baiser des femmes aussi grandes belles élancées qu'eux-mêmes bien sûr. J'aurais pu m'acheter un gigolo avec le physique adéquat pour me faire envie d'en prendre plein la fente jusqu'au ravissement, mais je n'ai jamais réussi à garder un job assez longtemps pour gagner plus que de quoi survivre...

Du coup, mon désespoir d'être aimée me poussait à accepter n'importe quel amant, et aucun n'a jamais ressemblé au fantasme d'homme que j'ai toujours eu en tête... Et mon con se resserrait de déplaisir à chaque fois que mes yeux se posaient sur l'un d'entre eux.

Avec le godemichet, on a le meilleur de l'homme sans ses défauts, sans l'impatience qu'il leur fait sauter l'étape préliminaire parce qu'eux sont toujours prêts quand nous on n'a même pas encore une goutte de cyprine au bord des petites lèvres. Un gode est toujours vaillant, prêt à l'emploi, heureux d'aller au combat ; dirigé par mes mains expertes à me donner du plaisir, c'est l'assurance d'une jouissance saine et heureuse, qui rend à ma vie un peu de ce bonheur qui lui fait tant défaut... Je peux jouir trois ou quatre fois à la suite, je peux m'exciter et le laisser sécher si je n'ai finalement pas plus envie que cela : il ne me reprochera jamais de l'avoir aguicher ; il ne me contraindra jamais à l'acte sexuel; tout avec lui n'est que pure bonheur.

Et c'est ce que les gens ordinaires comme mon acariâtre voisine ont du mal à comprendre : elle, elle est restée accrochée à la première mocheté qui a bien voulu d'elle :



Regardez moi ce regard trop clair de pervers caché derrière ses petites lunettes de myope, cette peau pâle comme une merde de crémier, cette bouche aux lèvres fines sans générosité, cette petitesse physique, ce physique de gringalet à cent lieues du type de virilité qui m'a toujours fait bander :

Virtus...

Nan c'est pas le pilote, là que je regarde... ^^ <3 br="">

L'armure fait tout...

... ou presque.

L'archétype de mon seul véritable héros, celui à qui j'ai voué ma vie :


Et c'est là où finalement tous les gens qui pensent que parce que je suis seule je suis forcément mal baisée parce que "ça" ne m'arrive pas souvent ont tort.

J'ai une imagination suffisante pour attacher le corps que j'aime le mieux à mon gode. Tous les jours, je baise avec un parangon de virilité d'une douceur et d'une tendresse infinie...

Et j'ai l'arsenal pour le concrétiser à satiété :

le verre... un pouvoir de glisse largement supérieur à la peau, utilisable même sans lubrification

Donc, oui, pécore, vu la tronche et le physique que j'ai, ça ne m'arrive pas souvent d'attirer l'attention des hommes...

Mais je n'ai pas besoin d'eux, moi, pour être bien baisée.

C'est finalement toute la différence qu'il y a entre toi et moi. Toi tu dépends des aléa physiques inhérents aux défauts de ton keum pour ta jouissance ce qui fait que toi, t'es une mal baisée chronique.

Et moi...

Et moi, je suis aux anges (sic)...

Et j'y reste. ^^

jeudi 18 août 2016

Cahier de vacances "passeport pour la terminale" : les probabilités

Rappel des formules nécessaires à la réussite de l'exercice

Le sujet principal de cet exercice portera sur une vendeuse en boulangerie teinte en brune pour faire plus smart cherchant à faire enfermer sa voisine à qui elle reproche d'être une folle dangereuse pour la population et surtout pour les enfants.

Ladite vendeuse a affirmé dans un dépôt de plainte en gendarmerie se sentir menacée quand sa voisine hurle "bazooka" et "allah akbar".


1) Calculez la probabilité pour que sa voisine,  pratiquante Wicca d'origine juive, élevée dans la religion catholique, ne portant pas de burqa et ne possédant pas de Coran soit effectivement en plein processus de radicalisation islamiste.

Isa a agi sans attendre... Grand bien lui en a pris.
En fonction du résultat que vous trouverez, vous calculerez ensuite le pourcentage de chance pour que l'Etat Islamiste trouve intéressant au niveau relations publiques de commanditer l'attaque d'une seule médiocre petite vendeuse en boulangerie au cœur d'un bourg de 3600 pélos paumé au milieu d'un département n'intéressant personne à part la Bretagne, par une meuf, de surcroît.

Portrait de 'Tsuki en train de se promener à St Gildas des bois. Vous notez la ceinture d'explosifs qu'on devine à la taille, et le gros énorme monstrueux bazooka qu'elle porte en bandouillère.

2) Sachant que la voisine accusée d'avoir crié bazooka n'a jamais tenu de lance-roquette de sa vie, n'en possède pas, n'a pas à sa disposition de RMiste les fonds nécessaires pour en acheter un même d'occasion et ne dispose pas d'un accès au Dark Web où il parait qu'on peut trop trop trop acheter toutes les armes qu'on veut, calculez la probabilité pour que ladite vendeuse en boulangerie meurt effectivement d'une balle de bazooka en plein cœur tirée par sa voisine.

Voici un portrait de 'Tsuki en train de montrer ses fesses à sa voisine tout en la visant avec son gros énorme monstrueux bazooka personnel offert par Isis, déesse autant adorée par l'Islamisme que par la Wicca


3)  Sachant que la vendeuse en boulangerie est atteinte de tabagisme, et fume entre 5 et 10 cigarettes par jour, calculez le pourcentage de chance qu'elle meurt d'un cancer des poumons. Vous comparerez ce résultat à la probabilité que sa voisine la tue d'une attaque à main armée en criant que son god(e) est grand.

Je suis peut-être folle, Isa, mais je suis largement moins dangereuse que toutes ces cigarettes que tu te tapes quotidiennement... Arrête l'hypocrisie deux minutes, quoi, mayrde.


Conclusion de l'exercice précédent, pour ceux qui l'ont fini (nan, pas "celles" ; les filles c'est trop nul en maths pour ne serait-ce qu'avoir compris l'énoncé, de toutes façons.)




(Ne te reste plus qu'à réessayer, Isa... ^^)

mercredi 10 août 2016

Pourquoi je pense que le pognon ne sert à rien en matière de justice

Comme vous le savez, dans la dispute qui m'oppose à la mauvaise foi de mes adorables voisins, les Charrier, respectivement boulanger et vendeuse en boulangerie 4 rue Gabriel Deshayes à St Gildas des bois, je risque une amende de classe C, soit 450 euros.

L'acharnement dont les Charrier font preuve à mon encontre pour obtenir ma condamnation ne lasse pas de me surprendre : d'accord Isabelle n'apprécie pas d'être traitée de péripapétitienne (ce qui tend à prouver qu'elle en est une, soi-dit en passant : si ça la touche tant, c'est qu'elle a un problème avec l'image d'elle-même que lui renvoie le miroir de ses interactions avec autrui parce qu'elle a beaucoup à se reprocher... Elle se débat tellement pour garder sa réputation sans tâche qu'elle ne passe pas assez de temps à améliorer son comportement, sans se rendre compte que si elle ne veut pas être injuriée, ma foi il y a une solution simple : qu'elle arrête de faire de coups de pute à tous les gens avec qui elle entre en contact ^^), mais en quoi le fait que je finisse par être condamnée à payer une amende va réparer le préjudice qu'elle clame et proclame subir à longueur de dépôt de plainte en gendarmerie ?

L'argent de la contravention ne rentrera pas dans sa poche, mais dans celle de l'Etat, dans l'absolu : en quoi cela va-t-il l'aider à réparer le préjudice qu'elle prétend subir ?

Mieux : imaginons qu'après avoir été condamnée, je récidive (ce qui vu ma maladie ne manquera pas de se produire : les Charrier jouent sur du velours, en me harcelant pour obtenir un comportement "dangereux", et j'ai beaucoup de mal à comprendre pourquoi personne ne s'interpose et leur demande d'arrêter de multiplier les provocations, parce que c'est une forme de harcèlement caractéristique).

Paf, je me tope une amende doublée : 900 euros. L'Etat encaisse pour la deuxième fois.

Mais elle, qu'aura-t-elle obtenu qui répare le fait qu'elle se sera faite traitée deux fois de catin ?

Rien.

Ce qui montre bien la limite du système judiciaire actuel : le tort individuel sert à la société à taxer un comportement, mais ne l'empêche pas pas, et pire : il ne répare pas le dommage subi.

Et si je continue à pousser le raisonnement - et les injures - malgré deux condamnations, qu'est-ce que je risque ?

En tant que multi-récidiviste, de la prison.

Or, rappelons que :


Ce qui signifie que de la prison, pour un crime aussi mineur que le multirécidivisme en matière d'insultes, ben je ne vais pas en faire beaucoup, de la zonzon.

Quelles autres conséquences cela aura pour moi ?

J'aurais un casier judiciaire criminel.

Ce qui veut dire que je serai privée de droit de vote.

Oh mon dieu, quelle punition, pour une personne comme moi qui ne crois absolument pas en la démocratie, ne vote plus depuis le référendum du traité de Maastricht qui m'a ouvert les yeux sur la stupidité qu'il faut avoir pour croire dans les plébiscites organisés par nos gouvernements de ripoux, et qui a trouvé l'argument ultime à opposer à tous ces péquenots infatués de droits civils : aller voter c'est admettre qu'on est d'accord avec le système. Il faut boycotter les élections en masse pour les faire annuler, parce qu'une élection, ça ne sert strictement à rien, à part à confirmer à tous nos politichiens qu'ils ont raison de nous enculer : on les plébiscite à chaque fois qu'on met un bulletin dans une urne... Z'auraient tort de vouloir changer le système : regardez combien vous êtes d'accord pour les payer, ce ramassis de fainéants qui ne se fait même plus chier à faire semblant de faire acte de présence dans les hémicycles alors qu'on les paye précisément pour voter là bas... ^^

Donc la perte de mon droit de vote, je m'en carre, m'en contre-carre et m'en branle totalement.

Le casier signifie aussi que je ne pourrais plus avoir de boulot genre caissière...

Ce dont je me fous encore plus éperdument que le droit de vote : je suis tellement rejetée par la société que personne ne veut m'embaucher, pour aucun boulot, même avec un casier judiciaire aussi vierge que mon con, même que c'est la raison pour laquelle je fais des aller-retour entre le chomdu et le RSA depuis plus de 15 ans...

Je ne pourrais plus passer de concours de la fonction publique. Or ça, ma maladie m'y a déjà condamnée : il y a quelques années j'ai essayé de passer le concours pour devenir rédacteur ; je suis sortie en rendant feuille blanche, parce que je suis devenue incapable de gérer mon stress au point de flipper quand je passe le moindre examen, même médical.

Et en quoi toutes ces restrictions rassureront Madame Charrier sur le fait qu'elle est ou n'est pas une pute ?

Mystère.

Ça ne m'empêchera pas de penser tout le bien que je pense de Madame Charrier : le fait de m'interdire de lui dire est finalement me condamner à faire montre une hypocrisie que je réprouve dans les relations sociales parce qu'elle est la source de toutes nos inhumanités.

Mais surtout, une fois que j'aurais été condamnée mille fois pour la même faute, qu'est-ce qui m'empêchera que le faire une mille-et-unième fois ?

RIEN.

Donc la condamnation à une amende, et à toutes les peines prévues par la loi en matière d'éructations d'injure ne servent à RIEN.

A part peut-être à dire la main sur le cœur les yeux fermés : "justice a été rendue, m'âme Charrier". Donc à rassurer la société, mais pas Madame Charrier, qui passe un temps considérable à répéter à tout le monde que :


Je continuerai à être sa voisine : ça ne changera strictement rien pour elle : ça n'améliorera pas sa situation, et ça ne réparera pas la faute commise à son encontre.

Et pire, même :

La condamnation à une amende dans mon cas n'est pas une punition qui me touche directement.

Et non : étant rétribuée par un minimum social, l'argent que je touche provient de l'Etat. Donc quand on me condamne à donner de l'argent pour réparer une faute commise, comme c'est pas moi qui l'ai gagné, le pognon en question, c'est l'Etat qui est condamné : c'est l'Etat qui paye...

Mieux, l'Etat sera doublement puni.

Pourquoi ?

Mais parce que si je suis condamnée à en payer 450, ça veut dire que j'aurais plus rien pour bouffer et pour payer mes factures mon loyer, etc. Et que vais-je faire ?

Je vais me tourner vers l'Etat pour obtenir d'autres subsides pour survivre...

Donc l'Etat se retrouvera en train de payer pour mon amende + ma survie :.



Et moi, quelle aura été ma punition ?

Ben, rien.

Vous voyez à présent pourquoi notre système judiciaire est en faillite ?

Tous les crimes sont indexés sur le pognon. 

Mais le pognon, ça ne vaut rien...

Du coup, ben les crimes, ils ne sont jamais réparés... Du coup ça pousse les humains à continuer d'en commettre : ils ne sont jamais punis pour ce qu'ils ont fait, alors... Rien ne les empêche de continuer à les commettre.

Arrêtez d'investir dans des prisons (qui sont d'excellentes écoles pour apprendre à être meilleur criminel, d'ailleurs : ce n'est pas pour rien qu'elles  croulent sous les récidivistes) et commencez à réfléchir à ce qu'il faudrait faire pour que chaque crime soit justement puni, tant pour la victime que pour le criminel.